Aller au contenu

Armistice d’un nouveau temps

Récolter le plus de vivre possible et conscientiser les jeunes aux enjeux de la guerre et aux motivations de chaque individu.

Activité à vivre

Activité à vivre

en physique

âge des participants

âge des participants

+16 ans • 12-14 ans • 14-16 ans

Durée de l'activité

Durée de l'activité

Grand jeu (1h ou plus)

Moment propice

Moment propice

à vivre dans l’obscurité • à vivre en fin de journée • Activité à vivre en journée • Jeux de soirée

Type d’activité

Type d’activité

Activité de recherche de sens • Jeu d'approche et d'attaque

Intérêts pédagogiques

Intérêts pédagogiques

Conscientisation • Habileté • Réflexion

lieu(x) conseillés

Forêt, bois, terrain arboré

but de l’activité

Récolter le plus de vivre possible et conscientiser les jeunes aux enjeux de la guerre et aux motivations de chaque individu.

thème

La guerre (14-18)

Matériel & documents nécessaires

Matériel nécessaire pour construire un camp - Cartes imprimées et idéalement plastifiées - Boules en plastique de 6 couleurs différentes - Paniers pour mettre les vivres

déroulement de l’activité

Ce jeu peut se faire dans le cadre de l’armistice.

Les enfants sont divisés en deux équipes de minimum 5 personnes. Chaque jeune reçoit une carte (roi, empereur, général ou soldat). Ils ont 15min pour fabriquer un camp, à minimum 50m de distance. Selon la carte qu’ils ont reçu, ils préparent l’offensive :

Le roi/empereur décide de la répartition des soldats en attaque et en défense

Le général choisit les soldats qui se rendent sur le front et ceux qui gardent le camp

Les soldats suivent les règles de leurs supérieurs

Lorsque le coup de sifflet retentit, les jeunes doivent partir à la recherche de vivres dans le terrain miné. Ils ont 10min pour récupérer tous les vivres. Après cela, ils peuvent aller attaquer le camp ennemi pour récupérer les autres vivres. Leur objectif est d’aller récupérer un maximum de vivres (vies, argent, bombes, médicaments, nourriture, armes) dans les tranchées des autres. Pour défendre leur camp, les jeunes doivent toucher les attaquants. Lorsqu’ils se touchent, ils lancent un pierre-papier-ciseaux en 3 manches. Celui qui gagne continue sa route, l’autre retourne à son camp.

Lorsqu’un jeune qui tient un vivre est touché, il lance un pierre-papier-ciseau. S’il gagne, il part avec son vivre. Sinon, c’est son adversaire qui récupère le vivre.

L’équipe qui possède le plus de vivres à la fin de temps imparti gagne.

Variantes du jeu

Si on compte plus de 12 enfants, il est possible de rajouter le rôle des infirmières. Ces dernières vont chercher ceux qui auraient perdu au pierre-papier-ciseaux. Elles sont intouchables, mais ne peuvent pas récupérer de boules ou toucher un adversaire.

 

Cette variante peut permettre d’aborder le rôle des femmes dans la guerre.

Les petits plus

A la fin de la partie, une activité de sens est prévue Les jeunes peuvent réfléchir ensemble à plusieurs questions : Pourquoi seulement 2 personnes ont-elles le contrôle de tous les autres ? En se mettant à la place des allemands, est-il plus facile de comprendre leurs motivations à l'idée de gagner ? Pour ceux qui étaient allemands, qu'avez-vous ressentis lorsque vous avez découvert votre carte ? Etiez-vous déçus de ne pas être Belge ? Quels vivres étaient finalement les plus importants ? Comment expliquer les différentes motivations des personnages ? Il peut être intéressant de discuter avec les jeunes des dangers de la perte du devoir de mémoire. Qui connait encore la brabançonne ?

crédits

Mélissandre /

Avis

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.